Scuba Magazine plongée

LES PODCASTS DE FRANCIS

PUB

CONSOMMER MOINS EN PLONGÉE : PAS DE MIRACLE MAIS DES SOLUTIONS

 

Si certains tirent de leur bloc à moitié plein à la remontée une gloriole un peu vaine, il est vrai que consommer peu est un avantage : cela permet surtout de prolonger le plaisir de la plongée, mais aussi d’assurer côté sécurité, sans crainte de la panne d’air. Voici quelques conseils pour quitter le camp des pompeurs.

 

UNE CONTRAINTE PHYSIOLOGIQUE

A la base, nous ne sommes pas tous égaux. Et notre volume pulmonaire conditionne directement notre consommation. Chez un individu adulte, la quantité d’air nécessaire à chaque inspiration peut facilement varier du simple au double, voire plus. Certains petits poumons dépassent à peine les 3 litres, d’autres atteignent allègrement les 8 : et contre ça, vous ne pouvez rien. Par ailleurs, certains avancent le fait que les femmes, dont la masse graisseuse serait (en théorie en tout cas...) plus importante, consommeraient moins parce qu’elles doivent alimenter du gras et non des muscles, plus gourmands… Mais ceci étant posé, à volume pulmonaire égal, et pour des plongeurs du même sexe, tous ne consomment pas la même chose. Et chacun d’entre nous, selon son état de forme, son comportement sous l’eau, peut voir sa consommation varier selon les jours de façon spectaculaire.

 

 

PLONGER « NO STRESS »

Stress, fatigue, mauvaise forme générale, sont autant de facteurs qui vont contribuer à vous faire consommer beaucoup d’air. On ne le dira jamais assez, on plonge si on a envie de plonger, et pas pour rentabiliser à tout prix son week-end ou sa croisière ! Prenez aussi le temps de vous équiper tranquillement, pas en panique en cherchant partout votre masque parce que les autres sont déjà à l’eau. Et prenez le temps de vous calmer aussi avant de descendre. Enfin, ne faites pas de votre consommation, même si de retour en surface quelques fanfarons se jettent sur vous pour vérifier « combien vous avez pompé », une obsession : le simple fait d’avoir peur de trop consommer risque de vous faire trop consommer !

 

 

ECONOMISER SES MOUVEMENTS

Une fois au fond, soyez lent !  Inutile de palmer comme un fou, économisez au maximum votre énergie : moins vous palmerez et moins vous consommerez. Préférez l’amplitude et la souplesse, laissez vous glisser dans l’eau. Et si vous plongez avec des accros à la distance parcourue, obligez les à vous attendre, traînez. Evitez, dans le même sens, de lutter contre les éléments, en essayant désespérément par exemple d’aller à contre-courant. Tout effort se paye cash en terme de consommation.

 

 

AVOIR UN MATÉRIEL ADAPTÉ

Le matériel compte aussi. En premier lieu, c’est le choix du vêtement qui est important : si vous avez froid, vous allez très vite surconsommer, puisque votre organisme devra dépenser beaucoup d’énergie pour se maintenir à température. Il faut donc absolument prévoir une combinaison adaptée aux conditions, mais aussi à votre morphologie. Le réglage de votre détendeur peut également vous faire gagner de précieuses minutes de plongée. Il doit être le plus souple possible, afin que vous n’ayez pas d’effort à fournir à l’inspiration. De façon générale, vous devez aussi être le plus hydrodynamique possible : les photographes par exemple, qui doivent traîner de gros caissons et des flashs montés sur des bras articulés, partent forcément avec un handicap.

 

 

ATTENTION AU LESTAGE

Si vous êtes trop lesté, vous allez consommer beaucoup d’air, souvent bien plus que vos compagnons de plongée bien équilibrés, et il faudra à cause de vous écourter la ballade. D’une part, vous aurez à fournir pour vous déplacer de gros efforts, consommateurs d’air ; d’autre part, vous passerez la plongée à gonfler votre stab, puis à la vider parce que vous commencez à remonter dangereusement, et ainsi de suite. Idem si vous n’êtes pas assez lesté, puisque là encore vous aurez à fournir des efforts considérables pour vous maintenir à la bonne profondeur.

 

 

APPRENDRE À MIEUX RESPIRER

Il vous faut aussi apprendre à respirer. Et là encore, calme et décontraction doivent être les maîtres mots : une inspiration lente suivie d’une expiration profonde mais tranquille, avec éventuellement deux petites secondes de retenue entre deux cycles. Attention, il ne s’agit pas d’essayer de faire des apnées pour économiser son air, ce serait à la fois dangereux et inutile puisque vous vous rattraperiez immanquablement à l’inspiration suivante. Le but, comme avec le palmage, est de privilégier l’amplitude et le calme.

 

 

UTILISER LE POUMON-BALLAST

Dites vous que vous fonctionnez exactement comme un petit sous-marin : chassez l’air et videz les ballasts, vous coulez, remplissez les ballasts et vous remontez tranquillement. C’est ce que l’on appelle le poumon-ballast, base absolue de la plongée. Et ce n’est qu’en maîtrisant parfaitement cette technique, en sachant inspirer mais surtout expirer correctement, que vous pourrez acquérir une aisance parfaite. Et vous verrez que très vite, simplement en remplissant et en vidant vos poumons, vous serez capable de monter et descendre sans faire un mouvement : vous n’aurez donc ni à palmer, ni à gaspiller votre air en remplissant et vidant votre stab sans arrêt.

 

 

ET NE PAS GASPILLER INUTILEMENT

Enfin, faites la chasse aux petits gaspillages qui « bouffent » à chaque fois quelques litres, et mis bout à bout ont leur importance : par exemple, si vous attendez en surface le reste de la palanquée, évitez de respirer sur votre détendeur. Evitez aussi de faire joujou avec votre stab en permanence si cela n’est pas nécessaire.

 

 

EN CONCLUSION

A priori, plus vous plongerez régulièrement et moins vous consommerez, même si certains sont toute leur vie plus gourmands que les autres malgré une pratique très régulière. Calme et « zénitude » sont les seules bonnes solutions, ce que l’on pourrait aussi tout simplement appeler l’aquaticité.  Et si vous êtes plutôt un gros consommateur, privilégiez les plongées à faible profondeur pour en profiter pleinement : mieux vaut remonter « rassasié » d’une longue plongée à 20 mètres qu’un peu frustré, bouteille vide, d’une incursion à 40 !

 

 

Texte : Isabelle Croizeau

Photos : Alexis Rosenfeld

Commentaire de Ozi le 27 mai 2012 à 7:09

Il m'a fait rire cet article - il y a tout dedans  - car avant d'avoir acquis une consommation  "normale" un moniteur très pédagogue m'avait appelée le "Hoover" !

Commenter

Vous devez être membre de scuba-people.com : LA plongee sous marine pour ajouter des commentaires !

Rejoindre scuba-people.com : LA plongee sous marine

A+/a-
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...