À propos

NOMBRE D'INSCRITS :

Scuba Magazine plongée

Le Mag Plongée

PUB

LE NITROX C'EST DE L'INTOX by FRANCIS LE GUEN

L’humeur de Francis Le Guen

Parce que des fois, faut quand même pas déconner !

 

Crédits musique : Erwan & Eric Le Guen

Je n’aime pas le Nitrox ! C’est comme çà ! Précisons tout de suite que je ne suis pas un novice dans l’utilisation des mélanges gazeux pour la plongée. J’utilisais déjà le Nitrox à différents pourcentages d’O2 dès 1980, pour les procédures de  décompression, lors des longues plongées souterraines d’exploration. Et bien avant que « l’air enrichi » ne devienne à la mode… Précisons aussi que ce billet d’humour, volontairement polémique, ne concerne pas l’usage des recycleurs et autres plongées « Tek » où le Nitrox est bien entendu d’usage courant. 

Non, je veux parler de cette floraison de bouteilles jaunes et vertes dans les centres, présentée comme la panacée. De l’usage incontournable du Nitrox en plongée-loisir. De vous à moi : quel intérêt ? Officiellement, cela permet de faire moins de paliers. Soit. Mais habituellement, vous en faites beaucoup vous, des paliers en plongée-loisir à l’air ? Combien, 10 minutes ? Et c’est si pénible que çà ? 

 

 

Moi, j’aime bien les paliers. Une vieille habitude. En plongée souterraine, il m’est arrivé d’en faire 7h d’affilée. Et à l’Oxygène… Faire quelques paliers en fin de plongée, c’est très bon pour la santé. C’est une excellente habitude qui devient un réflexe. Cela donne une meilleure maîtrise de la flottabilité et prépare au vacarme de la vie terrestre. Et c’est souvent l’occasion d’observer tranquillement toute une faune délaissée : méduses, salpes, macroplancton, quand il ne s’agit pas de mantas, de dauphins ou de requins baleine. Franchement : flotter en apesanteur dans l’eau rayée de soleil, c’est parfois le meilleur moment de la plongée. Non ? Et encore une fois, on ne parle que de quelques minutes ! Même en eau froide, c’est de la rigolade. Alors, que vient faire ce Nitrox dans l’histoire ? 

Les français ont inventé la plongée mais les américains ont appris au reste du monde à la vendre. Et comme toujours, c’est d’Amérique qu’est venue cette mode détestable… Parce que, bien évidemment, pour pratiquer la plongée au Nitrox il a fallu créer des stations de remplissage, des ordinateurs capables de calculer les paliers pour ces mélanges (ce qui les rend plus complexes et sources d’erreurs pour les novices, d’ailleurs). Des détendeurs « spéciaux », des livres, des stages… Tout cela fait marcher le business. C’est un fait que l’air enrichi nous appauvrit : certification, gonflage, tout cela est plus cher et c’est bien le but recherché par ces promoteurs. 

Alors bien sûr, l’usage de ces bouteilles estampillées jaune et vert donne un petit air « tek » au plongeur lambda. Mais finalement le terme est assez prétentieux quand on considère que l’air du bon Dieu est déjà un Nitrox à 21%… Quel snobisme ! Je vais vous en faire, moi, des mélanges... Nitrox, ni trop peu… Du Nitrox à 21,5 %, pour les essoufflés... Du  20,5%, pour les Suisses, qui sont toujours en altitude... Blague à part, lors de ma «période mélange», à l’époque où il n’était pas aussi facile qu’aujourd’hui de se procurer les «recettes», j’ai même essayé l’Argox, le Néox, le Krypteliox... Sponsorisé alors par une marque de gaz industriels, je n’avais pas à les payer, ces gaz rares... Précisons que j’ai fait les tests en caisson : pas tout à fait fou quand même... Vous voulez des sensations ? Plongez donc au Trimix ! A l’Hydreliox... Bon, chacun fait ce qu’il veut. 

Non, ce qui me dérange le plus dans la banalisation du Nitrox c’est la limite de profondeur qu’il impose, par définition. C’est peut-être bien adapté pour les fonds plats ne dépassant pas 20, 30 mètres mais qu’en est-il des tombants vertigineux ? Que celui qui n’a jamais rattrapé un débutant en chute libre me jette le premier galet... Irez-vous risquer l’hyperoxie pour secourir quelqu’un ? Certainement pas. Alors qu’à l’air, la marge est plus confortable pour intervenir. 

C’était sur un beau tombant en Mer Rouge. Palanquée trop nombreuse, moniteur en tête, j’étais serre fil.  Consigne : on avance en ligne droite, personne ne dépasse 30m. Bien... Sauf que le gus devant moi me semble un peu trop lesté, bardé qu’il est de son gros caisson avec flashs et lampes. Et le voilà qui descend cadrer un magnifique buisson de coraux mous, «un peu plus bas»... Passe encore, je veille. Il reprend sa course mais en oblique, vers le fond. Je suis déjà à 35 m pour me rapprocher, au cas où... Il palme comme un bourrin et se rend compte alors qu’il est trop lourd. Sans doute un peu narcosé, je le vois papouiller dans le vide à la recherche de son direct system. Et voilà qu’il purge son gilet au lieu de le gonfler ! Grosses bulles... Il pédale dans la choucroute et continue à sonder dans le bleu. Je l’ai récupéré à 62 mètres...

A l’air, au moins, on est sûr de ce qu’on respire. Le Nitrox, il faut contrôler la PO2, le pourcentage. Être sûr que le matériel est bien étalonné. Que le diluant est bien de l’azote. Régler son ordinateur. Beaucoup de contraintes, beaucoup de sources d’erreurs… 
Dans la conférence qu’il donnait dernièrement à l'hôpital de la Timone à Marseille, le docteur Mathieu Coulanges nous rappelait ce «paradoxe du Nitrox». En effet, conçu au départ pour plus de sécurité, force est de constater (dans les statistiques) qu’il augmente en fait le nombre d’accidents. Par exemple, certains ADD sont dus aux plongeurs qui oublient de reprogrammer leur ordinateur sur «air» après avoir plongé pendant tout un séjour au Nitrox... 

 

 

Et que de contraintes et de prérequis : le Nitrox est déconseillé aux plongeurs âgés, aux hypertendus, il aggrave la déshydratation, augmente la difficulté pour l’équilibrage des tympans... Mais surtout, il incite à dépasser les limites. Air connu : «on est au Nitrox, on a une bonne marge de sécurité pour la déco», alors on tire un peu sur le temps passé au fond... Caisson qui s’en dédit !

Je sais bien que pour ceux qui plongent beaucoup, c’est aussi un moyen de limiter la fatigue. De moins saturer et de réduire les risques d’accidents. Soit. Mais encore une fois, on est très loin de la plongée de loisir… Et à tout prendre, je préfère encore plonger à l’air et décompresser à l’oxygène pur. Le Nitrox pour tous ? C’est de l’intox ! 

Allez, je vous souhaite de bonnes vacances ! Prenez un bon bol d’air...

Commentaire de Ozi le 12 juillet 2013 à 18:50

Essai ça Francis : dans un shaker 12 cl jus de manque, 6 cl de rhum, 2 à 3 cl liqueur de gingembre selon les goûts, servir très frais. Bonne vacances et continue à nous faire tes articles sincères, c'est agréable à lire !

Commentaire de Jean-Michel Sabatier le 12 juillet 2013 à 22:41

Merci pour cet article, je croyais être un vieux birbe réfractaire à toute avancée pour le "bien être" de la plongée loisir, je me sens moi seul. Mais bon maintenant en Mer rouge c'est quasi obligatoire le mélange enrichi, et c'est bien emmerdant d'autant plus que mon ordi est à l'air, je suis sacrément dans la courbe de sécurité. Salutations. Jami.

Commentaire de Gérard LORIDON le 13 juillet 2013 à 8:25

C'est effectivement très interressant dans le monde professionnel ainsi que nous le pratiquions déjà à Sogétram pour tirer des radiers au havre en 1962

Mais Francis à raison la vraie plongée de loisirs c'est à l'air libéré de toutes contraintes 

et les paliers s'ils sont normaux ce n'est pas désagréable, reposant même 

Commentaire de Pépé 02 maxi le 13 juillet 2013 à 10:30

Bonjour

Et que de contraintes et de prérequis : le Nitrox est déconseillé aux plongeurs âgés, aux hypertendus, il aggrave la déshydratation, augmente la difficulté pour l’équilibrage des tympans... Mais surtout, il incite à dépasser les limites.

ça, ça sent la conférence du dr Mathieu COULANGES...

si je peux me permettre : le nitrox fait plus travailler le coeur, donc pour les plongeurs agés, s'ils ont eu l'habitude..... (j'ai un copain qui a 72 ans et qui fait 80 km de vélo (et des cotes) tous les 2 jours... tu crois que le nitrox serait dangereux....)

Dépasser les limites : vaste débat.

Lors de la conférence sur le nitrox, à St Marguerite, on nous a présenté des cas où une personne a sauté à l'eau (apres avoir changé de bloc) sans avoir ouvert ses robinets... apnée jusqu'à 55 m de fond et pendant 3 minutes (chapeau, madame) avant de prendre une goulée de N80 et d'etre assistée par ses équipiers qui arrivaient (eux n'ont pas coulé comme une pierre).

Cela m'inspire que le N80 à cette profondeur n'est pas le bon gaz mais se respire quand meme mieux que de l'eau, surtout apres une apnée de 3 minutes.... et que ce n'est pas le N80 qui est responsable de l'absence de verification avant de sauter.

l'autre cas est un probleme de stabilisation avec un départ du fond, retombé, reparti et retombé (profond) et prise d'oxy dans la zone des 50.

La non maitrise de l'étanche, le non contrôle de sa consommation ont amené cette dramatique issue, pas le bloc d'oxy pour le palier...

Bref, si une planification (durée fond pour un volume consommé) avait eu lieu et que le plongeur s'y soit tenu, ces cartons n'auraient pas eu lieu.

enfin, il n'est pas évident de trouver du nitrox partout (ni en France, ni dans le monde), alors trouver de l'oxy pour les paliers...

de meme que trouver des DP nitrox (il n'y en a pas partout, j'ai des noms)

Commentaire de Christophe LEMAIRE le 13 juillet 2013 à 10:50

Sans parler de l'augmentation des radicaux libres...

Certifié Tequilox Diver depuis 1998, et nitrox depuis 1996 :-)

Commentaire de Laurence26 le 13 juillet 2013 à 12:09

Et bien moi, je ne peux que difficilement m'en passer. Sans, j'ai mal à la tête et je suis fatiguée après deux plongées. Heureusement qu'il y en avait pour la croisière que je viens de faire en mer rouge, car à l'air, je n'aurai jamais pu faire les 3 voir 4 plongées par jour de prévues. La journée où on a dû plonger vers 40 m pour voir les requins, on nous a obligé à plonger à l'air, et ça n'a pas raté, j'ai été très fatiguée. Je précise que je suis obèse, et que pour ma sécurité, je laisse mon ordi à l'air, le but pour moi n'étant pas de zapper des paliers, mais d'augmenter mon confort et ma sécurité.

Commentaire de thierry justa le 13 juillet 2013 à 12:17

cette fois Francis dépasse les bornes, par mauvaise humeur !! En respectant les profondeurs et"l'intelligence" de la plongée, si on doit plonger 2/jour pendant 3 à 4 semaines consécutives, le nitrox permet d'être beaucoup moins fatigué. OK pour le caratère évidemment commercial du nitrox, mais si les français n'ont pas compris ce truc, il ne faut pas être jaloux !! il faut s'adapter avant d'être mangé !!

Commentaire de frédéric eninger le 13 juillet 2013 à 13:01
Business is business, +1 avec toi Francis ... En plongée loisir le Nitrox a, à mon sens une application limitée, mais bon ... En mode Déco sur des plongées profondes c'est bien sure très différent ...
Te lire me réconforte, il reste des groupes de résistants "has been" avec notre air ...
Commentaire de Gérard LORIDON le 13 juillet 2013 à 13:09

Il ya quarante ans on était heureux avec un monobouteille bi ogival et on nageait au milieu des poissons.

on était heuerux avec un scooter Vespa qui vous rendait libre

Et on téléphonait quand on en avait vraiement besoin du bistrot du coin

Les plongées étaient magnifiques et accessibles à tous

les filles étaient belles, même si elle se faisaient désirer...jamais le premier soir ...

Rassurez vous vous allez y revenir, mais vous allez souffrir pour ne pas avoir connu ce bonheur des années 50/60. 

Commentaire de Ozi le 13 juillet 2013 à 13:31

@Pépé02M : S'il te plait, peux-tu expliquer pourquoi le nitrox augmente la difficulté d'équilibrage des tympans ?

Commentaire de Pépé 02 maxi le 13 juillet 2013 à 14:17

@K ozi, je peux essayer :

je te propose un peu de lecture :

la base du postulat est là : http://massiliadocdive.org/index.php?action=accueil

le second item, soirée securité plongée Marseille 2013, Topo (dons lequel figurait en bonne place le lien de scubapeople).

quelques developpements ici

et

en gros, le surox "durcit" les vaisseaux et rend plus difficile les manœuvres d'équilibrage.

Sur le lien de massilia doc dive, en bas de la page, tu as le mail du Dr COULANGES qui est très accessible.... quand il a le temps de répondre..

Lors de cette conférence, il a (bien) été dit qu'il ne s'agissait que de constatations pas de nouvelles découvertes/regles....

Commentaire de Ozi le 14 juillet 2013 à 19:48

Merciiii ! j'ai tout lu. C'est vrai qu'il n'y a pas vraiment de réponse, il va falloir attendre. Le top des liens est celui de Massiliadocdive. Il y a tellement de choses que j'ai mis le site en favori. Le résumé de Christophe 38 est bien aussi, un plaisir de lecture, clair, net et précis. En mars je suis allée au colloque FSGT à Mandelieu, tout était super intéressant et deux interventions ont été passionnantes, celle de Coulanges et celle de Palazzolo. Ces types sont étonnants.

Commentaire de Ozi le 14 juillet 2013 à 20:05

@Christophe : je relis le fil et je ne comprends pas ton post. Stp c'est quoi un "radical libre" ? (le cousin du cuba ? je plaisante ! bon ok je sors ! n'empêche, je voudrais quand meme savoir !).

Commentaire de Pépé 02 maxi le 14 juillet 2013 à 20:13

mais il faut bien dissocier d'un coté l'emploi de surox et de la planification de plongée (contrairement à plonger "à l'ancienne", rudement).

  • Ne pas s'assurer que tous ses flexibles sont branchés, que les robinets sont ouverts, que l'on sait se servir de son matériel (comme l'étanche et on ne s'embarque pas dans une plongée à déco quand on ne sait pas se servir d'une étanche), etc...

  • ça n'a pas grand chose à voir avec le paradoxe du nitrox..

Commentaire de Pépé 02 maxi le 14 juillet 2013 à 20:14
  • il y a des dizaines de milliers de plongées au nitrox, tous les jours dans le monde (Indonésie, Thailande, Maldives, Mer Rouge, Caraibe, Polynésie, par exemple) et il n'y a pas des milliers d’arythmies cardiaques, ni des milliers de personnes qui développent des ADD

  • donc, dire "le nitrox, cémal", alors que le nitrox est utilisé depuis 1972 (par la NASA), c'est un raccourci incomplet et donc inexact

Commentaire de seb clerge le 15 juillet 2013 à 15:16

moi je dis chacun son envie moi je préfère l'air  pur

Commentaire de Breizhou le 17 juillet 2013 à 11:01

Nitrox ou pas, je dépasse très rarement les 2 plongées par jour, même dans des lieux merveilleux, car il me semble que les ordis ne savent gérer que cette config (une machine pourra toujours sortir un chiffre quelle que soit la config, encore faut-il que ce chiffre ait du sens). Alors je me fie aux specs de l'ordi et à ma condition physique, et non aux croyances autour du Nitrox. C'est dans la nature humaine de manquer de sens critique quand ça l'arrange, le Nitrox n'y est pour rien. Rien n'a changé sur ce point depuis les 50/60's, à part le Graal.

Commentaire de Franck Tellosa le 19 juillet 2013 à 16:27

tout a fait d'accord avec toi francis

mode détestable envoyée par nos amis anglo-saxons

pour le trimix OK

pour 4 plongées jour médianes ou profondes et chaque jour oui pourquoi pas?????? et encore?

sinon aucun interet

Commentaire de Pépé 02 maxi le 19 juillet 2013 à 16:49

Bonjour

@ Franck : marrant, mais comme tous les gouts sont dans la nature, je ne pense pas comme toi (rires).

D'une part, les copains qui ont un FOP ou qui ont eu un ADD peuvent, sur avis médical, plonger au nitrox en évitant les paliers ...

aucun interet ?

pour toi, sans doute, pour eux, de continuer leur plaisir ou leur passion... je te laisse y répondre.

Le nitrox, ça ne sert à rien ?

non, tu as raison : j'ai binomé un copain en recycleur sur une tole à 40m.

J'avais un N30 et de l'oxy.

J'ai pu lui tenir compagnie pendant 28 minutes (fond) ; notre remontée, paliers (oxy) compris, a duré 16 minutes. (j'avais un bi 10 et je suis sorti avec 100 bars)

J'estime cela à un bon ratio, plutôt que de se frapper 15 minutes à 40 pour ne pas faire trop de palier et être cassé l'après midi.

mais, tous les gouts sont dans la nature.

Ca ne me dérange pas que tu plonges à l'air, tant que tu n'es pas mon binôme.

Commentaire de Ozi le 19 juillet 2013 à 17:44

@Pp2M : j'adhère ! Très importante la sélection binomale !

@ Franck : sois prudent mon p'tit loup !

Commenter

Vous devez être membre de scuba-people.com pour ajouter des commentaires !

Rejoindre scuba-people.com

© 2017   Créé par scuba-people.com.   Sponsorisé par

Badge de Profil  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation